Pouvoir et contre-pouvoir dans l’entreprise

I – Les pouvoirs internes

L’entreprise crée de la Valeur. Cette valeur permet en premier lieu de rémunérer les facteurs de production.
Le partage de cette valeur est en soi le premier enjeu de pouvoir dans l’entreprise. Explication ci-dessous dans ce cours de Management de BTS en alternance.

A. Les salariés
Ils constituent le « capital » humain essentiel à l’activité et à son développement.
Ils représentent donc le premier contre-pouvoir : désireux de conforter leur part de valeur ajoutée en augmentant leur rémunération, les salariés ont des objectifs personnels qui peuvent diverger des objectifs collectifs.
Les salariés élisent leurs représentants (délégués du personnel) dans les établissements de plus de 10 salariés.
Ils élisent également leurs représentants au sein du Comité d’Entreprise obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés.

B. Les syndicats
Au terme du Code du Travail ils sont seuls habilités à représenter les salariés dans le cadre des négociations collectives.
Leur contre-pouvoir s’exprime souvent de façon conflictuelle.

II – Les relations de pouvoirs

Les économistes R.CYERT et J.MARCH montrent que les objectifs poursuivis par l’entreprise ne sont pas rationnels mais le fruit de compromis permanents entre les objectifs communs et les objectifs individuels.
Michel CROZIER sociologue montre que dans l’entreprise tout le monde peut avoir et souhaite avoir du pouvoir pour négocier au mieux sa situation.

A. Les consommateurs et les clients
Les consommateurs et clients veulent acheter au meilleur prix. Leur intérêt est bien sûr contradictoire avec celui de l’entreprise qui s’efforce de fixer ses prix en tenant compte de ses objectifs de rentabilité.
Les consommateurs font parfois pression par le biais de leurs associations.
Les clients font toujours pression par le jeu de la concurrence.

B. La société civile
L’Etat, les Collectivités locale, leurs administrations, prélèvent une part de valeur ajoutée sous forme d’impôts, taxes et cotisations. Ils représentent une contrainte collective.
De plus les Lois et Règlements imposent à l’entreprise la prise en compte de critères externes à l’entreprise tels qu’impacts environnementaux et sociaux.

III – Les actionnaires

A. Les actionnaires sont propriétaires de l’entreprise.
La gouvernance de l’entreprise
Les problèmes de gouvernance apparaissent dès lors que propriétaires de l’entreprise et managers sont 2 entités distinctes.
La gouvernance managériale laisse aux managers la plus grande part du pouvoir
La gouvernance actionnariale se traduit par un contrôle direct de l’entreprise par les actionnaires et tend à s’imposer depuis les années
1980.

B. Les enjeux liés aux intérêts des actionnaires
Les actionnaires exercent leur contre-pouvoir au sein des assemblées générales et des conseils d’administration.
Ils suivent la nomination des dirigeants et leurs rémunérations.
Ils approuvent leurs orientations stratégiques.
La gestion des managers ne peut que tenir compte de ce contre-pouvoir et de l’exigence de rémunération des capitaux qui s’exprime.

*Ce cours de management est a retrouver dans tous les BTS de l’école, du BTS MUC en alternance au BTS PI mais aussi en BTS NDRC, BTS SAM et BTS CG.