Système et politique de change

Définition du SMI : ensemble des mécanismes et des institutions qui ont pour fonction de permettre à des agents résidant dans des pays différents de faire des paiements entre eux.
Au-delà de la simple confrontation des valeurs monétaires il s’agit de règles communes et de mécanismes régulateurs.
Ces systèmes régulateurs seront de 2 sortes : accélérateurs, ils permettront à l’économie mondiale de disposer de moyens de paiement afin de favoriser l’expansion. Ralentisseurs, ils permettront de résorber les déficits des balances de paiements et à lutter contre les pressions inflationnistes. Ce cours de BTS MCO aborde le système et la politique de change.

I – La fixation des taux de change

Principe du change : le marché des changes est le lieu de rencontre entre les offres et les demandes de devises. En pratique, c’est un réseau mondial reliant par télécommunication toutes les banques et tous les intermédiaires financiers.
Le taux de change est le prix d’une monnaie exprimé par rapport à une autre.

II – Les déterminants des taux de chnge

A. Facteurs fondamentaux
Les échanges de biens et services influencent le niveau de taux de change d’un pays. En principe un excédent de la balance des transactions courantes entraine l’appréciation du taux de change puisque les entrées de devises sont supérieures aux sorties. Au contraire un déficit de la balance des transactions génère une baisse du taux de change puisque les sorties sont plus importantes que les entrées.
Les disparités de taux d’inflation, les disparités de taux d’intérêt sont des facteurs qui viennent renchérir ou réduire les prix des imports et export et attirer ou aspirer les devises.
La spéculation est le rôle des banques centrales.

III – Les régimes de change

A. Taux fixe
Les autorités monétaires s’engagent à maintenir leur taux de change par rapport à un étalon qui peut être un panier de monnaies, une devise unique, l’or…
Avantage : découragement de la spéculation, sécurité des échanges et maitrise des politiques économiques.
Limites : obligation pour les banques centrales de détenir des réserves de change afin de défendre les parités choisies

B. Change flottant
Les autorités monétaires laissent jouer l’offre et la demande.
Avantage : rééquilibrage automatique de la balance des paiements. Pas d’obligation de détenir des réserves de change.
Limites : l’accroissement des fluctuations oblige les entreprises à se couvrir du risque de change. L’extrême volatilité des capitaux entrepays rend difficile l’utilisation du taux d’intérêt comme arme de politique économique.

IV – Les politiques de change

A. Les objectifs et les outils des politiques de change
La politique de change est un des leviers des pouvoirs publics pour atteindre des objectifs (stabilité des prix, équilibre extérieur, croissance, plein emploi)Leur principal outil sont les taux d’intérêt et leur outil secondaire est l’intervention de la banque centrale pour vendre ou acheter sa monnaie.

B. Exemple de politiques de change
1. Politique de monnaie faible
Par dévaluation ou dépréciation, l’objectif est ici la recherche des prix à l’export plus compétitifs.
Avantage : rééquilibrage de la balance des paiements.
Limites : mécanismes assez longs et risques d’importer de l’inflation.

2. Politique de monnaie forte
Elle est aussi appelée désinflation compétitive. Le principe est qu’un taux de change fort diminue le prix des importations et incite les entreprises exportatrices à améliorer leur compétitivité.
Avantage : Diminution de l’inflation. Amélioration des compétitivités.
Limites : Couts sociaux.

V – Taux de change et décision des agents économiques

A. Arbitrage des consommateurs
Les consommateurs arbitrent entre biens importés et biens produits localement. Leur arbitrage dépend des besoins et des prix. Les taux de change peuvent avoir une influence considérable sur la consommation des biens dont l’élasticité par rapport aux prix est la plus grande. Une appréciation du taux de change diminuera le prix des produits importés exprimés en monnaie nationale. Une dépréciation du taux de change aura l’effet inverse.
Dans ce cas ce sont les éléments de compétitivité hors prix tels que la qualités, le caractère innovant des produits, les services associés, l’image de marque, qui pourront compenser l’effet de change.

B. Arbitrage des entreprises
Les variations de taux de change rendent incertains les marchés pour les entreprises qui interviennent dans le commerce international. L’appréciation du taux de change altère leur compétitivité des prix des entreprises nationales et pénalise les exportations. En contrepartie le prix des produits importés diminue et peut réduire les couts de fabrication. Inversement la dépréciation du taux de change favorise les exportations et renchérit les importations.
Les localisations et les délocalisations des activités de production peuvent être influencées par les taux de changes.